Contexte et enjeux

Le textile, 2ème industrie la plus polluante au monde

Deuxième industrie la plus polluante au monde après le pétrole, l’industrie textile et ses 80 milliards de vêtements fabriqués chaque année dans le monde émet entre 3 et 10% des émissions de CO2.
Culture et extraction des matières premières, teinture, distribution, consommation et usages… chaque étape de la vie d’un produit de la fast fashion (mode rapide et jetable) pollue.

Au-delà de son impact sur l’environnement, l’industrie textile est également responsable de dégâts sanitaires et sociaux, dont l’effondrement du Rana Plazza en 2015 est devenu le symbole des conditions de travail de la fabrication textile.

Vers une industrie plus responsable

Le marché de la mode, qui a régulièrement reculé entre 2008 et 2016, fait doucement place à une consommation moins jetable, plus respectueuse de nos ressources, plus responsable. Ce que l’on appelle la slow fashion a atteint 8% de part de marché en 2015 (source : IFM).

La législation évolue également. En 2017, l’Assemblée nationale adoptait une loi sur le devoir de vigilance qui oblige les donneurs d’ordre, marques ou distributeurs, à prévenir les risques associés à leurs activités et un projet de loi projet est en étude pour interdire la destruction des invendus textiles.

Cette consommation plus responsable reste cependant réservée à un cercle d’initiés : seuls 21% des français ont déjà acheté un produit textile responsable, et les foyers les plus modestes sont les plus consommateurs de la « fast fashion ».

Campagne de sensibilisation au recyclage de Marks&Spencer, mai 2012
Olivia Fremineau - La mode n'a plus rien à dire